Pourquoi le Président Dadis n’a pas pu terminer la transition ? Confidence d’El hadj Mamadou Sylla

C’est un coin de voile qu’à lever le richissime homme d’affaires devenu politique dans son livre intitulé  »L’homme et son destin » qui sera bientôt dédicacé en Guinée. Pour l’ancien chef de file de l’opposition parlementaire, le chef de la junte militaire qui a pris le pouvoir après le décès du Général Lansana Conté après 24 ans de pouvoir était seul dans son bateau. Elhadj Mamadou Sylla pense que le capitaine Moussa Dadis Camara était déjà lâché par ses plus proches collaborateurs après le massacre du stade du 28 septembre 2009.

(Lisez cet extrait du livre, l’homme et son destin à la page 95-96)

Dadis était mal conseillé, son jeune âge avait aussi joué. Il était trop impulsif. Personne ne pouvait le calmer. Malgré tout il avait un grand respect pour moi, à cause du passé, il m’a toujours appelé « mon père. » Avant qu’on ne tire sur lui, il avait envoyé Papa Koly chez moi, pour solliciter une rencontre. Mais il était déjà abandonné par tous les acteurs à cause des évènements du 28 septembre 2009. Moi je ne suis pas parti au stade ce jour-là. Mais chacun évitait ses relations de peur d’être cité comme son complice.

Pourquoi vous n’avez pas été au stade le 28 septembre 2009 ?

Ce jour-là il était prévu que les leaders se retrouvent chez moi le point de départ du carnaval du tour de la ville avant de rallier le stade. Entre temps on m’a appelé pour me dire que c’était chez Jean Marie Doré que le départ avait été délocalisé. Quand ils m’ont dit cela, j’ai dit Dieu merci, je ne me suis plus déplacé. Je suis resté chez moi. Aux environs de 12 h j’ai entendu des coups de feu vers le stade.

Quelques minutes après, j’ai vu certains manifestants venir en courant parce que ça avait dégénéré avec les bérets rouges qui avaient fait une descente sur les lieux. La suite nous la connaissons, ce fut un véritable carnage. C’est ce qui avait fait que Dadis avait été de plus en plus isolé. La rentrée du camp était sous haute surveillance pour pouvoir répertorier ceux qui coopéraient avec la junte. Malgré tout, moi je suis allé le rencontrer pour lui prodiguer des conseils, mais il n’avait pas de chance de sortir de la pression qui pesait sur lui. Finalement c’est son aide de camp qui va lui tirer dessus pour mettre un terme à son règne.



Extrait décrypté par Rama Fils, pour Lerenifleur224.com