Charles Wright jete des fleurs à Dadis: S’il y a quelqu’un aujourd’hui qui est content du département de la justice, c’est capitaine Moussa Dadis Camara.

Le respect de la justice par l’ancien chef de la justice militaire guinéenne en 2009 a été salué et reconnu ce mardi 23 janvier 2023 par le ministre de la justice Alphonse Charles Wright. Moussa Dadis Camara qui a volontairement accepté de venir se défendre dans le procès des tristes évènements du 28 septembre 2009 est vu par le garde sceaux comme un signe de courage et de respect à l’égard de la justice de son pays.
D’ailleurs, Alphonse Charles Wright révèle qu’il est en contact permanent avec celui qui comparaît depuis plusieurs jours à la barre au Tribunal Criminelle de Dixinn délocalisé à la Cour d’Appel de Conakry où il répond de sa responsabilité dans ce crime
<< S’il ya quelqu’un aujourd’hui qui est content du département de la justice, c’est capitaine Moussa Dadis Camara. Puisque tous les jours je parle avec lui. La grandeur d’un homme c’est quand tu te soumets aux lois de la République. Depuis qu’il (Dadis) Ouagadougou, c’est moi, ministre de la justice qui a assuré sa sécurité jusqu’à son hôtel, c’est moi. C’est moi qui a tout pris pour lui là où il est puisqu’il a demandé étant un ancien chef de l’Etat, on l’a traité dignement. C’est ça aussi la refondation de l’État. Il dit , je vais venir le défendre, alors il faut lui donner de l’espace lui permettant de se défendre. Que les gens n’épousent pas une chose qui n’a rien à avoir avec une ethnie ou une région. Aujourd’hui, quand je parle avec lui, il me dit, M. le ministre de la justice , je vous remercie, je vous remercie ! Je vous remercie ! Aujourd’hui, le président de la Cour Constitutionnelle est là-bas ( maison centrale ndlr). Si nous, nous faisons l’abus aujourd’hui, l’abus va nous rattraper un jour, on ne le fera jamais. Mais on donnera à chacun le pouvoir de venir se défendre et on demandera à la justice d’être neutre, indépendante et impartiale>> a soutenu le garde des sceaux devant les autorités locales et administratives de la région des dix-huit montagne.

Lerenifleur, depuis N’zérékoré